Le Gaullisme

Le Gaullisme aujourd'hui

Les gaullistes de gauche

La Participation

Les documents...

Les expériences...

Ils ont écrit ...

Nos membres écrivent
La presse en parle
CNS TV
Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe:


 Nombre de membres 175 membres


Connectés :

( personne )

Ip: 54.211.82.105

Bienvenue sur le site du Club Nouveau Siècle

Renaissance


Le "cens", chez les romains, comme son nom l'indique,Bernard7.jpg
Servait à "recenser" les citoyens de Rome.
Et se renouvelait de façon rituélique,
De cinq ans en cinq ans, au milieu du forum.

La foule était alors aspergée d'eau lustrale,
Tradition ancestrale aux origines frustres
Qui demeure aujourd'hui de façon lexicale
Puisqu'un laps de cinq ans est appelé "un lustre".

Paradoxe étonnant que, depuis deux mil douze,
Ce triste quinquennat médiocre et désolé,
Inspire un désespoir plus profond que le blues  
Mais qu'il devienne un lustre au bout de cinq années.

Après ce lustre, enfin, reviendra la lumière !
Que pouvons-nous souhaiter de meilleur pour la France : 
Retour de nos valeurs, retour de nos repères...
Fillon à l'Elysée, c'est ça la renaissance.


Bernard Reygrobellet

Paris le 3 décembre 2016
 
Les 3 dernières nouvelles



Primaire ? Pas si primaire que ça...

Nous avons découvert de nouveaux électeurs
En étendant le champs ouvert à leurs suffrages : Bernard7.jpg
Ils ont su exprimer, sans conflit et sans heurt,
Ce que n'avaient pas pu mesurer les sondages.

Etait-ce judicieux cette élection ouverte ?
La question semble, hélas, dépassée aujourd'hui,
Pourtant elle a mené, avec fracas et perte, 
A la déréliction Nicolas Sarkozy.

Chacun a-t-il compris qu'allait sortir de l'urne
Le nom du Président qu'on élira demain 
Et que l'électorat, disert ou taciturne,
Dépassait l'effectif de nos "Républicains"?

Pourtant le second tour est beaucoup moins courtois : 
C'étaient deux concurrents, les voilà adversaires !
Ont-ils perdu de vue que dans moins de six mois
L'un sera candidat, et l'autre supporter ?

Ce qui est regrettable, et même désolant,
C'est ce que deviendront les partis politiques
Car, jadis, c'étaient eux qui, théoriquement,
Devaient nous proposer un candidat unique.

Or leur filtrage était utile et nécessaire
Et limitait surtout à tous nos militants
La participation à la phase primaire
Où le Bureau choisit le futur Président.

Offrir un double vote à nos concitoyens
D'abord pour désigner le futur candidat
Puis notre président dans un second scrutin
Peut risquer entre-temps de causer des dégâts.

Aurait-il mieux valu au soir du premier tour
Que Juppé se désiste au vu des résultats ?
Car que peuvent changer les mots et les discours
Au sens d'une élection quand les chiffres sont là ?


Bernard Reygrobellet

Paris 24 novembre 2016

... / ... Lire la suite


Enclencher le redressement de la France autour d'une ambition simple :
réussir ensemble

par François Fillon
Député de Paris, ancien Premier ministre

Chers amis.

Nul n’ignore ma filiation gaulliste.FFillon.jpg

Comme vous, elle est au cœur de mon engagement politique. Adolescent, j’avais un poster du Général de Gaulle dans ma chambre. J’admirais en lui le rebelle, le résistant, le réformateur.

Quelques décennies plus tard, je continue de me nourrir de ses enseignements et réflexions.

Pragmatisme et lucidité, honneur et intérêt supérieur de la France forment à mes yeux le noyau dur du gaullisme.

C’est au nom de ces trois impératifs que le Général de Gaulle enjoignait les Français à poursuivre le combat et à ne pas abdiquer dans son appel du 22 juin 1940. C’est à l’aune de ces trois exigences que j’ai construit mon projet pour la France. 

Car, vous le savez, je suis candidat à l’élection présidentielle de 2017.

Depuis bientôt 4 ans, j’ai jaugé de la pertinence de chacune de mes propositions au regard de ces principes.


Renouer avec notre destin

par Alain Juppé
Maire de Bordeaux, ancien Premier ministre

AJuppe.jpgA en écouter certains, intellectuels et responsables politiques confondus, la France serait condamnée à la médiocrité. Au déclin. A la peur.

Oui, c'est  vrai, notre pays souffre.

Notre économie est atone, des millions de nos concitoyens sont au chômage et un jeune sur quatre ne trouve pas d'emploi. Notre dette publique est abyssale et les prélèvements sur les ménages et les entreprises asphyxient ceux qui entreprennent, travaillent et créent de la richesse pour notre pays.

Nos valeurs sont attaquées jusque sur notre sol et dans notre chair et des Français de toutes origines et de toutes confessions sont tombés, victimes de la barbarie.

A l'extérieur la France est inaudible, son influence est réduite à rien. En Europe, la France a perdu sa crédibilité et est impuissante face à l'affaissement du projet européen, à un moment où son leadership serait décisif.

Montée de l’insécurité, affaiblissement de l’école républicaine, envolée du chômage, ce quinquennat est un naufrage. Nos compatriotes souffrent, à commencer par les plus modestes.

Je vois tout cela, chaque semaine, en allant à la rencontre des Français, partout sur le territoire et aussi dans ma ville, à Bordeaux.

Mais je ne m’y résous pas.

Si je suis candidat contre tous les prophètes de malheur, contre tous les prédicateurs du déclinisme, c'est pour  redonner une espérance aux Français.



Le Gaullisme, un pragmatisme humaniste pour la France de demain.

par Nicolas Sarkozy
Ancien Président de la République


NSarkozy.jpgLes faiseurs d’opinion qui n’aiment rien tant que tout catégoriser auraient tôt fait de ranger le gaullisme au rang des accessoires de l’histoire, en le faisant rentrer dans la catégorie des idéologies politiques propres au XXème siècle. A leurs yeux, le gaullisme aurait été une tentative originale post seconde guerre mondiale pour trouver une troisième voie entre libéralisme et socialisme, pour exprimer une voie singulière dans le conflit est-ouest ; une troisième voie rendue obsolète par les défis du XXIème siècle.

Je ne partage pas ce point de vue et je crois, tout au contraire, que le projet humaniste et national du gaullisme n’a jamais été aussi adapté à la société française qu’à notre époque actuelle.

La France n’a jamais été libérale, pas plus qu’elle n’a été collectiviste. De Colbert au Général de Gaulle, notre pays a toujours su mêler intelligemment, et de manière circonstanciée, liberté d’entreprendre et interventionnisme ; cette action de l’État permettant souvent d’encourager et d’initier la première.

Le gaullisme a toujours été un pragmatisme raisonné, capable de se réinventer au gré des événements et des défis. C’est avec cette conviction que j’ai mis en œuvre mon action économique dans chacune des responsabilités que j’ai eu l’honneur de me voir confiées dans ma vie publique : en 2004, lorsque j’ai décidé de faire entrer l’État dans le capital d’Alstom à hauteur de 21,6%, en 2008 lorsqu’il a fallu sauver les Chantiers de l’Atlantique et, surtout, au cœur de la plus grave crise économique et monétaire que le monde ait connu depuis en 1929, lorsqu’il a fallu coordonner tous les acteurs internationaux pour réguler le système bancaire mondial qui s’effondrait et préserver l’épargne de nos compatriotes.

... / ... Lire la suite


Il faut promouvoir la société par la Participation

par Jacques Godfrain

ancien ministre, président d’honneur du club Nouveau Siècle
Président de la Fondation Charles de Gaulle

JGodfrain.jpgLa Croix de Lorraine n’est pas une sorte de breloque que l’on met au revers de sa veste, selon les circonstances, les entourages, les réceptions… Nouveau Siècle a au moins la rigueur inchangée de se réclamer de l’Homme et de l’Action qu’incarnait le Général de Gaulle.

Tant mieux si aujourd’hui chacun, d’un extrême à l’autre, s’en réclame à qui mieux mieux ! Il faut accepter d’avoir tort en ayant eu raison très tôt ! Mais se réclamer du Général exige des devoirs, parmi lesquels la capacité de reconnaître sa maîtrise du temps et sa préscience des choses.

Porter la Croix de Lorraine comme un emblème à des fins personnelles, c’est la trahir ; ceux et celles qui la peignaient furtivement sur les murs pendant l’occupation, ceux qui l’arboraient sur leurs affiches électorales alors que l’air du temps était à dire que le modernisme ce n’était pas cela, tous ceux-là ne comprendraient pas qu’aujourd’hui elle soit dévoyée à des fins électorales ou d’intérêt personnel.

La vigilance s’imposera à chacune de nos consciences le jour du choix final et, comme dans l’écriture, il faudra séparer le bon grain de l’ivraie…

L’espérance suscitée par de Gaulle à toutes les époques de son action et les progrès qu’il a fait faire au pays méritent mieux que de devenir des tatouages sur les programmes de ceux qui l’ont, soit négligé, soit combattu.

Vous le savez, chers Compagnons, de Gaulle avait une haute idée de son rôle pour changer la société par la Participation. Heureusement l’honneur est sauf, il y a au moins un programme de candidat aux primaires qui en parle et veut la promouvoir.

A nous tous de le trouver !

www.club-nouveau-siecle.org   07/11/16

... / ... Lire la suite


 
Les rapports du CNS
  • Pour télécharger la contribution du Club Nouveau Siècle au projet 2012 de la majorité présidentielle, cliquez ici.
     
  • Pour télécharger le "Manifeste des gaullistes de progrès pour la politique extérieure de la France", cliquez ici.

  • Pour télécharger le rapport du groupe de travail "Participation", cliquez ici.
     
  • Pour télécharger le rapport du groupe de travail "Union pour la Méditerrannée", cliquez ici.
 
Facebook


 
 
 
Le Mirliton du CNS

Cliquez sur la flèche ...

Notre Club

Nos Délégations
15 février 2015
Comptes rendus

Conférences

Conseils Nationaux

Union pour la Méditerranée

Archives

Editos
+ Année 2016
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
+ Année 2007
Recherche



Nous contacter
Club Nouveau Siècle

58, rue Ramey - 75018 PARIS


Pour nous envoyer un email, cliquez
ici


Pour visiter notre page Facebook, cliquez sur l'icône:

facebook.png

Design Charly © 2007- Reproduction interdite